Analyse filmique : des ateliers pratiques pour décoder une séquence d’un film en analysant son contenu technique pour approfondir sa lecture.

Un atelier mensuel, au Foyer rural de Florac, le dernier jeudi du mois (sauf exceptions), de 20h à 21h30.

Durée : 1h30

Lieu : Foyer Rural de Florac

On peut boire un coup et grignoter après si certains amènent des trucs

 

« J’aime, je n’aime pas: cela n’a aucune importance pour personne ; cela, apparemment, n’a pas de sens. Et pourtant tout cela veut dire: mon corps n’est pas le même que le vôtre. Ainsi, dans cette écume anarchique des goûts et des dégoûts, sorte de hachurage distrait, se dessine peu à peu la figure d’une énigme corporelle, appelant complicité ou irritation. Ici commence l’intimidation du corps, qui oblige l’autre à me supporter libéralement, à rester silencieux et courtois devant des jouissances ou des refus qu’il ne partage pas. »
Roland Barthes

 

« j’ai été très libéré le jour où je me suis rendu compte que ce que j’avais attendu du cinéma, ce que j’avais aimé dans le cinéma et ce que le cinéma m’avait donné, c’était l’invention du temps, à commencer par le mien. »
Serge Daney, 1991

Rendez-vous

  • Jeudi 24 septembre

  • Jeudi 29 octobre

  • Jeudi 26 novembre

  • Jeudi 17 décembre

  • Jeudi 28 janvier

  • Jeudi 25 février

  • Jeudi 25 mars

  • Jeudi 29 avril

  • Jeudi 27 mai

  • Jeudi 10 juin

L’analyse, pourquoi ?

D’une démarche intellectuelle personnelle, nous vous invitons à une forme de communion collective car selon Jacques Rancière, le cinéma « tisse cette étoffe sensible du monde commun ». Un moment d’échange qui serait « un moment juste, c’est à dire partageable » pour reprendre encore Daney écrivant sur Mizoguchi, mais ici différent de la simple projection d’une oeuvre cinématographique et de son traditionnel débat.

Démonter, décrire, décortiquer… Il s’agit toujours et avant tout de prolonger ce plaisir que nous procurent les films. Non pas de faire taire nos émotions immédiates mais d’en expérimenter de nouvelles grâce à l’initiation et la pratique du langage cinématographique. Une autre façon d’aimer en prenant le temps de regarder plus en détail, une image, un plan, d’écouter un son, une scène ou une séquence. C’est aussi le plaisir de prendre la parole pour nous frotter à de nouveaux mots qui ne sont plus un jargon mais des auxilliaires pour parvenir à décrire cet objet filmique.

Pas besoin de connaissances spécifiques pour aborder cet atelier qui peut s’adresser à tous les publics, et même tous les âges, les uns enrichissant le point de vue des autres. Une rencontre qui permet de travailler notre capacité d’écoute car ici toute idée y sera recevable, même s’il s’agit plus de rechercher des raisons d’aimer que de mettre en avant des points à détester.

Ce n’est pas non plus un cours d’histoire du cinéma. Pour ses deux-tiers il se composera des interventions des uns et des autres, que ce soit sur un thème libre, imposé ou choisi collectivement. Mais il proposera aussi de nombreux exemples de termes et notions à défricher sur l’ensemble de l’année à travers des films et un regard croisé via de grands textes critiques. Un film sera proposé à l’ensemble des participants qui auront la possibilité ou non de visionner le film avant la séance d’analyse.

L’idée est de parvenir à se forger un regard analytique ou critique en compagnie de nombreux cinéastes de tous temps et tous genres, et surtout avec et face aux autres spectateurs, pour mieux appréhender ces images qui nous entourent et ce, quelqu’en soit le média.

À chaque atelier donc, un retour sur exercice où chacun fera une lecture de séquence de son choix. Elle sera commentée collectivement.

Dans un second temps, on abordera une notion plus particulière, de l’analyse d’une image fixe à la notion de plan, puis tout au long de l’année, des échelles de plan aux mouvements de caméra, des péripéties dramatiques à la narration ou à la question du point de vue, du montage, à l’analyse du son ou de la musique. Au besoin, des textes, fiches ou autres outils vous seront distribués.

Chaque atelier se terminera par une analyse collective du film préalablement déterminé (la liste est immense mais vous pouvez déjà suggérer des idées).

Les participants qui le souhaitent pourront préparer pour le mois suivant l’analyse d’une séquence de leur choix, ce qui permettra ainsi une mise en pratique individuelle.

La réservation n’est pas obligatoire mais pour des raisons de gestion de l’espace et afin de prévoir le matériel pédagogique nécessaire, merci de nous faire part en amont de votre venue. Pensez à prendre vos masques.